2018, mange des huîtres… why not !

En ce début de nouvelle année, je tenais à vous souhaiter plein d’Amour, de Paix et de Joie ! Je suis persuadée que ce sont les 3 faces d’une même pièce qui contribuent à notre bonheur. Le Bonheur ! On en souhaite beaucoup dans les voeux de Bonne année et… on est censés être tous à sa recherche. Mais, qu’est-ce donc ?

Alors, non, je ne vais pas me lancer ici dans le développement d’une théorie sur le bonheur. J’ai lu une phrase qui m’a interpelée dans un magazine et ça m’a fait réfléchir. Cette phrase disait : « le bonheur se cache peut-être dans notre manière de voir le monde ».

Je pense que c’est du génie pur ! Et c’est tellement logique en même temps, qu’on n’y pense jamais…

Pourtant, c’est vrai : je crois que toutes les expériences qu’on vit sont, à la base, neutres. Et, c’est nous qui donnons une couleur à tout ça !

En gros, ce serait comme si on avait des lunettes pour chaque type d’événement de notre vie.

On pourrait dire que pour les choses qu’on considère comme « positives », on mettrait des lunettes aux verres teintés de rose ou de couleurs « chaudes » et joyeuses, qui nous aideraient donc à sublimer ce qu’on vit et à nous sentir encore mieux.

Pour les situations qu’on nomme « négatives », « malheureuses », « désastreuses » ou encore « dramatiques », on porterait alors des lunettes noires ou avec une couleur très sombre, ce qui nous ferait encore plus bader et provoquerait en nous les émotions appropriées pour mal vivre ces expériences et se sentir encore plus démunis, impuissants, minables.

La preuve que cette théorie se vérifie : 2 personnes qui vivent la même situation peuvent réagir de 2 manières totalement opposées.

Par exemple, 2 personnes qui vivraient un licenciement dans des conditions similaires : Marcel et Gertrude.

Marcel pourrait se sentir anéanti, victime d’un système qui a toujours voulu le broyer et croire qu’il ne s’en relèvera jamais.

Gertrude, quant à elle, pourrait en revanche se trouver chanceuse car elle sentait bien que son travail ne lui convenait pas mais elle n’osait pas le quitter car elle se disait qu’elle devait assurer pour sa famille et le fait de s’être fait licencier pourrait être comme le signal qu’elle attendait pour lancer sa carrière de fleuriste à domicile.

Marcel choisit de voir ce licenciement comme une malédiction, une malchance, une injustice et ne voit pas les opportunités que pourrait lui apporter un tel changement de vie. Gertrude voit au contraire ça comme une chance de tout recommencer et compte saisir cet évènement pour enfin réaliser des choses qui lui tenaient à cœur depuis longtemps mais qu’elle avait toujours refoulé.

J’ai pris cet exemple au hasard, mais je pense qu’on peut l’appliquer à toutes sortes d’expériences qu’on est amenés à vivre.

Je suis persuadée qu’on a toujours le choix !

Et même si les évènements arrivent parfois sans qu’on y soit préparés mentalement, on a au moins le choix de la façon dont on va les gérer et à travers quelles lunettes on va les observer.

Voili ! Je vous laisse vous pencher sur le sujet si le cœur vous en dit !

Much Love to you all ❤

TeeNa