Change tes circuits neuronaux !,  J'ai testé...,  Zoom sur…

Le syndrome du spéléologue

J’ai bien ri en trouvant le titre de mon article haha ! Munissez-vous de vos lampes frontales et de vos pelles, ça va creuser !

Vous connaissez maintenant ma passion pour la psychologie, la psychanalyse transgénérationnelle, le développement personnel et tout ce qui touche de près ou de loin à ces sujets.

Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir passé ma vie entière (pas très longue, mais ç’en est encore plus choquant…) à chercher le nœud qui avait emmêlé ma pelote de laine (cf. article La Vie comme une pelote de laine). Au fond, j’ai toujours senti qu’il y avait quelque chose qui clochait, comme une boule dans la gorge qui empêche d’avaler normalement, une épine dans le pied, quelque chose de gênant qui entravait ma route.

J’ai fait plusieurs thérapies, testé de nombreuses techniques de libération. J’ai fouillé en moi-même, j’ai fouiné du côté de mes ancêtres, j’ai posé des questions pas toujours faciles. Avec le temps, j’étais devenue comme boulimique, accro des thérapies. Quand une thérapie prenait fin, elle était aussi tôt remplacée par une autre, censée être mieux car elle allait plus en profondeur et donc m’aidait à me libérer davantage… Mais, en regardant autour de moi, j’ai vu des personnes qui n’avaient jamais fait un seul travail sur elles-mêmes et qui pourtant arrivaient à avancer « normalement » dans leur vie… j’ai commencé à me poser des questions à partir de ce moment-là.

Comment ces personnes faisaient-elles pour avoir toutes ces choses auxquelles j’aspirais, alors qu’elles ne prenaient même pas la peine d’aller fouiller la merde de leur passé ?

Sans vouloir faire ma Calimérette, je trouvais ça plutôt injuste car moi, je n’hésitais pas à faire des efforts et à me remettre en question assez régulièrement pour m’améliorer et enfin vivre la Vie dont je rêvais…

Après, je me fie seulement aux apparences en disant ça, mais j’avais vraiment la sensation que tout était beaucoup plus facile et plus léger pour ces personnes qui ne se prenaient pas la tête… Moi, il fallait que je lutte à chaque fois pendant des lustres pour avoir 3 pécots qui ne tenaient même pas la route…

Comme d’hab, j’ai pensé que le problème venait forcément de moi : soit j’avais trop de peurs, trop de blocages, soit je n’étais pas prête ou pas assez bien pour avoir ce que je voulais…

J’ai commencé à faire une overdose de thérapies et de techniques pour aller mieux. C’était comme si le fait d’avoir donné le premier coup de pelle, pour déterrer les cadavres enfouis, avait permis à tous les squelettes du cimetière de venir se joindre à une grande fête. Plus je creusais, plus il y avait de choses à découvrir. Et, à la fin, j’étais juste submergée de fantômes… et pas plus heureuse pour un sou !

Quelle arnaque ! J’avais énormément d’infos qui me permettaient de savoir d’où venaient toutes les bosses que je rencontrais régulièrement sur mon chemin, mais ça ne suffisait pas à aplanir ma route… A quoi bon creuser et savoir la vérité si ça ne règle pas les problèmes ?

 

Dernièrement, j’ai enfin mis le doigt sur un énorme nœud (je ne préciserai pas de quoi il s’agit ici) qui m’a vraiment chamboulée… Je comprenais enfin vraiment tout ce qui s’était passé de travers dans ma vie. Tout prenait enfin un sens, mais… je n’allais pas mieux pour autant.

J’ai ressenti une lassitude très profonde, comme un énorme ras-le-bol. Je me voyais m’agiter depuis des années pour régler les problèmes que je pensais avoir, mais tout ça, sans grands résultats (avec des résultats limités voire carrément médiocres…) Et comme je le disais, plus je cherchais à résoudre ces problèmes, plus j’en trouvais des nouveaux à résoudre. L’espèce de cercle vicieux qui te rend ouf !

Je ne me laissais jamais le temps de juste profiter de ce qu’il y avait de bien dans ma Vie car je ne voyais que les petites choses qui « allaient mal », au travers de mes lunettes noires du malheur. Et, j’avais la croyance que je devais « guérir », me libérer avant de pouvoir être heureuse.

Alors, ce truc de la guérison, j’en peux vraiment plus maintenant ! Je ne suis pas malade, bordel ! Je n’ai rien à guérir ! Tout est parfaitement à sa place, même mes défauts, mes failles, mes faiblesses et mes limitations ! Je prends tout le package qui constitue ma personne, même mes parts d’ombre !

Et, pour la liberté, c’est pareil ! Si je me crois prisonnière, j’ai raison car je crée inconsciemment les situations qui me prouvent que je ne suis pas libre. Et, j’ai fini par le comprendre années après années. Plus je faisais des choses pour me libérer, plus je me sentais en prison…

Je ne sais pas si vous connaissez l’histoire des éléphants en Inde (est-ce bien ce pays…) ?

Les éleveurs n’avaient pas de cordes assez épaisses et solides pour attacher les pattes des éléphants adultes. Ils ont donc décidé de leur attacher la patte dès qu’ils sont bébés, avec des cordes de taille normale. En grandissant, les éléphants n’essayaient même pas de se libérer car ils avaient intégré que la corde était trop solide. Donc, ils sont restés emprisonnés dans leur tête. Mais, dans la vraie Vie, leur croyance n’avait plus du tout lieu d’être une fois qu’ils avaient grandi et étaient assez forts pour se libérer.

Finalement, ce que montre cette histoire, c’est que tout est une question de conditionnement et de croyances. Et, ça montre aussi que le pouvoir, c’est nous-mêmes qui le détenons sur notre propre Vie.

Pour l’exemple de l’éléphant, si un d’eux décidait d’un coup de se rebeller et de dire stop à cette barbarie, il verrait tout simplement qu’il n’est en fait pas prisonnier ! Et les autres éléphants seraient inspirés, en voyant leur ami se libérer, ils pourraient s’autoriser à faire de même car ils sauraient que c’est possible !

Et, c’est la même chose pour nous !

A une période de notre vie, il y a eu des situations nous faisant penser qu’on n’avait le choix de rien dans la Vie et qu’on devait juste se plier aux règles sans broncher. On a donc intégré l’info dans nos cellules et on a construit notre Vie en fonction de tout ce qu’on nous a inculqué. Donc, on ne fait que les choses qui nous étaient autorisées. Et celles qui nous étaient interdites semblent tellement inaccessibles que bien souvent, on n’essaie même pas de les atteindre. La plupart du temps, elles n’entrent même pas dans notre champ de perception car c’est comme si elles n’existaient pas du tout.

Ici, le transgénérationnel a tout sa place car ce genre d’interdictions s’instaurent souvent au sein de la famille. Ce sont des règles limitantes qui sont transmises de générations en générations.

 

Mon frère me disait il y a quelques jours : « Maintenant, t’as plus d’excuses pour ne pas avancer ». Ça peut paraître très sec au premier abord, mais il ne voulait pas dire que je me trouvais des excuses. Il voulait plutôt me faire remarquer que maintenant, je n’avais plus rien qui m’empêchait d’avancer. Et, puisque j’avais enfin trouvé le gros nœud que je cherchais depuis tant d’années, je pouvais enfin avancer.

J’ai beaucoup réfléchi à sa phrase. J’ai compris qu’en effet, je n’avais plus d’excuses pour ne pas être heureuse et qu’il était temps de vivre tout simplement. Arrêter de creuser et de sauter d’un « problème » à un autre sans jamais prendre le temps de se poser pour souffler et… vivre !

Cette frénésie spéléologique m’a bien aidée à une période de ma vie car il y avait des choses vraiment lourdes qu’il fallait que je sache pour avancer et défaire les schémas répétitifs… Mais, il faut savoir dire « Stop » quand son jardin ressemble à un champ de taupinières !

Ce moment est arrivé pour moi, et je dis STOP !!

Je renonce à mon addiction de toujours tout problématiser et de chercher des solutions à tout, même quand il n’y a aucun problème… J’ai plusieurs fois souhaité être plus ignorante pour pouvoir enfin vivre plus paisiblement…

Mais bon, sans en arriver à de telles extrémités, je peux juste choisir de me foutre la Paix et de vivre tout simplement !

La corde au pied n’existe que si je lui donne corps. Concrètement, je ne suis, en aucun cas, attachée par quoique ce soit. Les chaînes mentales sont beaucoup plus puissantes, mais pour les briser, il suffit de le décider !

J’ai donc pu enfin sentir que je n’ai plus rien à faire de plus. Je suis déjà parfaite comme je suis, au stade d’évolution auquel je suis. Et, même avec mes défauts, mes faiblesses et mes failles :

JE SUIS DEJA LIBRE !!

Et je l’ai toujours été ! La seule personne qui continuait à m’emprisonner, c’était moi-même ! Mais, je faisais ça par habitude car je n’avais pas vraiment intégré l’info concernant ma liberté. Je n’ai donc plus rien à arranger. Je n’ai plus rien à réparer, plus rien à guérir ni à libérer car je suis déjà libre ! Et, ça durera aussi longtemps que je le déciderai !

 

Much Love to you all 💖

TeeNa

Un commentaire

  • Joulle

    GG pour cet élan de Renouveau Teena ! 🙂
    et je te rassure ce n’est pas toi, c’est déjà toute la société dans la méga analyse et la volonté de tout « problematiser » puis comprendre et contrôler !
    des bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *