Change tes circuits neuronaux !,  J'ai testé...,  Zoom sur…

La Vie comme un puzzle

Une autre métaphore à laquelle je pense souvent pour parler de la Vie : le puzzle !

La Vie est comme un puzzle sans boîte. Nous n’avons donc aucune indication concernant l’image qu’on est censés représenter. Ce qui est très frustrant car on a souvent la peur que tous les efforts fournis n’aient servis à rien une fois toutes les pièces réunies. Je crois que la vraie peur qui se cache derrière ça est celle de n’avoir la vue d’ensemble qu’à la fin de notre vie et de n’avoir donc plus le temps de tout recommencer pour faire mieux. Beaucoup meurent avec des regrets. Bronnie Wareen en parle très bien dans son livre Les 5 regrets des personnes en fin de vie. Il est donc important de prendre conscience de ce qui compte vraiment pour nous afin de se concentrer uniquement sur ces choses…

Pour en revenir à la métaphore du puzzle, ce n’est qu’au fur et à mesure que nous assemblons les pièces, que nous commençons à entrevoir ce qu’on est en train de faire et c’est vrai que quand on se dit que ça ne ressemble à rien, on peut perdre la motivation et se dire que c’est inutile de continuer, mais je suis persuadée que même si on ne comprend pas ce qu’on fait et qu’on ne voit pas tout de suite la finalité et les résultats, il faut continuer à avancer et à faire son puzzle.

Je suis aussi sûre et certaine que nous possédons toutes les pièces parfaitement adaptées à notre propre puzzle dès le début. Et, quand on se met à envier les pièces des autres, on nie la beauté de ce qu’on a à notre disposition et de ce qu’on est en train de créer. Il n’y a pas de meilleur moyen pour être malheureux…

Je suppose que, comme beaucoup, vous avez déjà construit un puzzle étant enfant (ou non) … Avez-vous remarqué comme parfois, on est frustrés à s’en arracher les cheveux, quand on se retrouve avec une pièce dans la main, mais qu’on ne trouve pas où elle va ? On peut être tentés d’aller piquer des pièces chez son voisin, elles ont toujours l’air beaucoup plus belles et colorées…

Je dirai qu’on agit exactement de cette façon face à des situations qu’on vit et qui nous dépasse : on trépigne, on résiste, on s’arrache les cheveux et on envie le voisin et sa vie qui semble si parfaite, vue de l’extérieur ! Pas joli joli, mais bon, je le fais aussi (un peu trop souvent) donc je ne jetterai la pierre à personne ici haha…

Quand j’étais petite, je me souviens que je mettais des pièces de côté justement, en attendant de trouver où elles allaient, je les « gardais au frais », en quelque sorte, le temps d’y voir plus clair dans le jeu, d’avoir une vision plus globale de l’image à représenter et de pouvoir poser l’action juste.

L’attitude la plus sage avec ce genre de pièce (qui n’ont l’air de correspondre à rien du tout et qui nous saoulent tellement qu’on aimerait les jeter à la poubelle discretos pour pouvoir avancer le puzzle tranquillement…) serait donc de les mettre de côté, le temps de trouver où est leur place. Car, oui, elles ont leur place, comme toutes les autres pièces du puzzle ! Pourtant, au premier abord, elles ont juste l’air d’être des p*tains de cailloux dans notre chaussure…

Ce qu’il faudrait aussi éviter de faire : se comparer aux autres ! Alors, oui, dans nos sociétés modernes, on nous pousse à la comparaison, mais personne ne vient nous mettre un couteau sous la gorge pour nous obliger à le faire, on s’y prête volontiers tous seuls, comme des grands… C’est aussi le meilleur moyen de trouver son puzzle dégueulasse et de perdre la motivation de continuer à assembler les pièces…

Bien sûr, quand on transpose le procédé du puzzle à la vraie Vie, le réflexe premier n’est plus le même et on a tendance à se montrer impatient au lieu de savourer les petits détours que la Vie nous propose ! Je pense que c’est aussi dû aux émotions qui s’en mêlent. Et puis, tout a l’air toujours plus définitif quand on est dans la vraie Vie. D’ailleurs, je dis ça, mais, en général, je déteste les détours, surtout quand j’ai une idée bien précise de ce que je veux, j’ai une sainte horreur d’attendre, ça me donne parfois envie de hurler et de tout péter haha ! Peut-être vous reconnaîtrez-vous aussi dans cette attitude excessivement disproportionnée… (dites « oui », que je me sente moins seule… et moins folle…)

En fait, contrairement à ce qui se passe dans la vraie Vie, dans le puzzle, on sait que peu importe le temps qu’on mettra à trouver la place de cette pièce manquante mise de côté, on finira par la trouver car il y a exactement le nombre de pièces qu’il faut, ni plus, ni moins (enfin, quand les boîtes sont bien remplies et qu’il n’y a pas d’erreurs hein…)

Mais, dans la Vie, finalement, on n’a aucune certitude que tout ce qui arrive ait vraiment une raison, une signification précise et on a peur de ne jamais trouver ce qu’on cherche ou de passer à côté sans le savoir, ce qui fait qu’on est toujours aux aguets, infatigables, imperturbables, méga obsessionnels et hyper angoissés…

On avance dans la Vie comme dans un blind test, on ne sait pas ce qu’on va découvrir chaque jour, on ne sait pas quelles pièces on va avoir dans notre jeu et on ne sait pas toujours où placer ces pièces du premier coup, on peut même mettre beaucoup de temps à trouver leur place. Mais, c’est ça qui est excitant au final.

Soyons honnêtes 2 secondes, si, dès le début, on avait, comme sur les boîtes de puzzle, l’image qu’on doit représenter et l’emplacement de toutes les pièces, mais qu’est-ce qu’on se ferait chier !!

On n’aurait le goût à rien et on se lasserait encore plus vite de tout en se disant « De toute façon, je sais où je vais donc j’irai plus tard… ou pas du tout… » ou bien « J’aime pas du tout le puzzle que j’ai reçu, le dessin est vraiment trop moche, tu veux pas échanger ? » ou encore « Mon puzzle est déprimant, que des couleurs ternes, du noir, du marron, du gris… ça me donne envie de me pendre au lustre… et de faire une dépression… »

Finalement, la Vie est comme une mosaïque dont on compose l’image en avançant et en assemblant progressivement les morceaux.

Je pense que les pièces peuvent cependant changer de couleur selon le regard qu’on pose sur elles et les lunettes qu’on choisit de porter car qui dit lunettes dit aussi filtres qui teintent tout ce qu’on voit à travers les verres de ces dites lunettes. Peut-être qu’on voit ce qu’on fait avec un œil très critique voire pessimiste alors que d’autres diraient que c’est merveilleux ce qu’on arrive à réaliser et seraient impressionnés… Je dis ça en connaissance de cause car quand j’ai auto-édité ma BD en 2017, beaucoup de personnes étaient justement impressionnées par ce que j’avais mis en place, mais moi… bah ça me faisait ni chaud ni froid, je le faisais depuis toute petite : faire des BD de A à Z, ça ne me demandait donc pas de réel effort (même si dans ce cas précis, ça a été très dur d’avoir des vrais gens qui attendaient de lire ma BD OMG !!!), mais peu de personnes sont capables de porter toutes les casquettes et je n’en avais même pas conscience. Sachant qu’en plus, je ne me suis pas contentée de faire les dessins, le scénario et les couleurs, mais j’ai aussi géré la campagne de crowdfunding, la communication sur les réseaux sociaux et j’ai même assuré la distribution en allant voir les libraires pour mettre des exemplaires en dépôt-vente = OUAW !!! Effectivement, en l’écrivant, je vois les choses avec un regard neuf sur ce que j’ai réussi à mettre en place pour réaliser mon rêve !

On est en fait capables de déplacer des montagnes en mode normal quand il s’agit de faire quelque chose qui nous fait vraiment vibrer !

La Vie comme un puzzle induit aussi la patience. Et, oui, cette chère patience qui nous saoule car on est trop pressés de vivre. Tellement pressés qu’on passe d’ailleurs souvent à côté de l’essentiel et de ce qui compte vraiment pour nous… Qui dit patience ne veut pas forcément dire attendre la fin de notre vie pour commencer à voir les résultats et les retombées de nos actions, contrairement à ce qu’on croit.

Mais, je viens de remarquer en disant ça qu’on s’attend peut-être à être récompensés chaque fois qu’on pose une pièce au bon endroit, comme quand on était enfants et que tout le monde applaudissait car on venait simplement de montrer qu’on savait souffler sur une flamme ou qu’on pouvait se mettre debout tout seuls… La recherche de l’approbation des autres est souvent un piège car on agit uniquement pour être reconnus et plus seulement car les actions qu’on pose nous font vibrer… Bronnie Wareen en parle justement dans son livre, dans le chapitre sur les gens qui ne se sont pas autorisés à vivre leur vie et poursuivre leurs rêves car ils se sont plutôt conformés à ce que les autres attendaient d’eux. Je trouve ça triste d’être au bord de la mort et d’être pleins de regrets et remords concernant les choses qu’on a faites et celles qu’on n’a jamais osé faire… On oublie souvent qu’on est les seuls maîtres à bord de nos propres navires. Bon, si après on laisse la barre à quelqu’un d’autre, c’est autre chose, mais finalement, c’est toujours un choix qu’on fait et même dans ces cas-là…le choix nous appartient toujours entièrement.

J’essaie de me convaincre en même temps car j’ai bien plus l’habitude de me crisper quand il arrive quelque chose que je n’avais pas prévu dans mes plans d’architecte et mes calculs de géomètre haha

Mais, quand on se détend et qu’on laisse la Vie agir, nous guider et qu’on lui fait totalement confiance, tout devient beaucoup plus léger, plus fluide ! Les choses finissent toujours par rentrer dans l’ordre et on finit par dépasser nos difficultés. C’est comme si on laissait le puzzle nous dire quelles pièces prendre, comment les assembler et où les placer. Parfois, j’ai cette impression d’être tellement guidée et d’être « dans le flow », comme on dit, que ça en devient limite magique ! C’est tellement apaisant de ne plus avoir à lutter pour que les choses se fassent, même si on nous dit que c’est comme ça que ça marche… Je ne peux pas être d’accord avec cette vision des choses car j’ai testé la manière forte et ça n’a jamais fonctionné pour moi…

Je préconiserai donc pour l’avenir de laisser les choses se mettre en place d’elles-mêmes en prenant du recul face aux expériences, situations qu’on ne comprend pas, les laisser reposer de côté jusqu’à ce qu’on ait un meilleur angle de vue, une plus grande compréhension des choses, une vision plus claire et libérée de nos émotions et idées préconçues, qui peuvent bien souvent être trompeuses. Ce conseil vaut pour ma pomme aussi.

Après, mieux vaut éviter l’effet inverse et mettre toutes les pièces au fin fond d’un tiroir poussiéreux pour ne plus jamais s’en préoccuper… en mode autruche qui fait comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Sur le moment, tout va en effet « très bien » (le mieux que ça puisse aller en se voilant la face, à vrai dire…) car on ne voit plus les choses qui nous dérangent (vu qu’on les a planquées bien loin de notre conscience et de notre champ de vision), mais faut pas se leurrer, tout ce qu’on enfoui finit par nous revenir en pleine poire en mode boomerang puissance 10.000 et ça fait gicler les dents, je vous assure ! J’en ai fait l’expérience plusieurs fois dans mes jeunes années, avant de finalement comprendre…

D’ailleurs, pendant ces périodes où je faisais comme si tout allait bien et que je m’en fichais de faire l’autruche en mode flippette, je n’étais pas du tout en paix car je sentais au fond de moi quelque chose qui voulait s’exprimer mais que je bloquais plus ou moins inconsciemment… Je pense qu’on est beaucoup à ressentir ce genre de sensations : ça ne va pas mal, mais ça ne va pas bien non plus, on est dans une espèce d’entre-deux très désagréable, mais on s’en contente souvent en se mentant à soi-même… et en espérant naïvement que tout rentrera dans l’ordre tout seul, mais en retenant des informations essentielles à la résolution du problème… Quelle perte d’énergie abyssale !

On croit que c’est plus facile de vivre comme ça, mais c’est plutôt de la survie en fait et c’est tellement plus douloureux… On se dit qu’on s’occupera plus tard des choses qui nous dérangent, qui nous gênent et ensuite, les jours, les semaines, les mois et les années passent et on en est toujours au même point, avec les mêmes sensations d’emprisonnement, d’étouffement, de perte d’identité…

Alors, comment savoir combien de temps on doit « laisser reposer » une pièce de puzzle, une situation qu’on ne comprend pas ?

Je n’ai pas la réponse non plus car ça dépend de plusieurs facteurs… Mais, je sais qu’on le sent toujours quand c’est le bon moment pour agir. Parfois, on choisit juste de ne pas le faire pour diverses raisons, dont la peur du changement, et c’est un choix qu’on fait souvent inconsciemment, comme un réflexe. L’important, c’est d’agir différemment une fois qu’on a compris le mécanisme qu’on a mis en place. Et surtout, réussir à ne pas se flageller ni s’en vouloir d’avoir agi contre son propre bien car c’est souvent un système de protection qu’on met en place pour les choses qu’on n’est pas prêts à affronter. Mais bon, attendre d’être prêts est une erreur car je crois qu’on n’est jamais vraiment prêts… et si on attend de l’être, on finit justement notre vie avec pleins de regrets comme dans le livre de Bronnie Ware.

Personnellement, j’ai envie d’être fière du chemin que j’aurais parcouru et des gens que j’aurais rencontrés. J’aspire à être en paix au moment de partir et c’est pour ça que chaque jour, je fais de mon mieux pour faire les choses qui résonnent, me font vibrer et avec lesquelles je me sens alignée.

 

Voilà ! Je me suis éloignée du sujet initial comme d’habitude, mais on en a justement l’habitude et c’est parfaitement ok !

Je fais ma propre thérapie à travers mes articles, ça me fait du bien de me vider la tête de toutes ces choses qui tournent parfois en boucle.

J’ai souvent des illuminations et des éclairs de compréhension qui m’étonnent moi-même. Et, ce que j’adore, c’est quand mes mots (et mes prises de tête) touchent les autres et les aident même un chouia !

Mes articles sont pour moi des opportunités d’éveil que j’aime partager avec vous, donc c’est encore plus génialissimement fabulistique car on avance tous ensemble 🙂

 

Much Love to you all 💖

TeeNa

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *