Change tes circuits neuronaux !,  J'ai testé...,  Zoom sur…

La Réussite pour les Nuls

La Réussite, ce mot en fait frémir plus d’un. Tout le monde en a sa propre définition. Mais, j’ai remarqué que dans nos sociétés occidentales, la réussite est généralement synonyme d’argent et de succès. Donc, si on a beaucoup d’argent et de succès, on a socialement réussi.

Ce que je trouve bizarre, c’est qu’il est hyper fréquent de voir des personnes qui ont « tout » et ont « socialement réussi » (donc elles ont de l’argent et du succès), mais qui ne sont pourtant pas  heureuses. Je me questionne  donc sur ce qui fait qu’on se dit qu’on a réussi.

L’autre jour, je parlais avec une artiste dont j’admire le travail. J’ai vu son évolution au fil des années et j’ai aussi vu que son nombre de followers sur Instagram a explosé. Dans ma tête, c’était ça, la réussite ! Je me suis créé une histoire complète : puisque cette artiste était illustratrice à temps plein, qu’elle avait beaucoup de followers et que son style était aussi pro, elle avait réussi et devait forcément gagner beaucoup d’argent et être bien dans sa pratique artistique. Je lui dis ce que j’en pense en ajoutant que ça m’inspire de voir des artistes qui réussissent dans leur art. Sa réaction m’a vraiment surprise voire choquée. Elle me dit qu’elle est gênée de lire ce que je dis et elle ajoute qu’elle n’est pas sûre d’être celle dont je fais l’image. Je suis de plus en plus surprise. J’essaie de trouver une réponse à ça, mais je mets plusieurs minutes. Sur le coup, je me demande si je ne suis pas face à un syndrome de l’imposteur de sa part et qu’elle minimise sa réussite et/ou son talent. J’étais vraiment déstabilisée par sa réaction…

Puis, une phrase (que je trouve intelligente et sensée) me vient : « Dans ma conception, si tu peux faire ce qui te passionne à temps plein c’est déjà une réussite ! »

Et là, elle comprend où je voulais en venir et acquiesce. C’est là que quelque chose de trop bizarre s’est produit. J’ai relu ma phrase plusieurs fois avant de comprendre ce qui clochait : je n’y croyais pas du tout !!

Si c’était vraiment ça la réussite pour moi, alors ça voulait dire que j’avais déjà réussi, dans ma conception de la réussite ! Ça fait quand même plusieurs années que je dessine et fais des BD à temps plein, alors j’ai réussi déjà, non ? Et pourtant, je suis toujours en train de courir après cette réussite.

La vérité était devant mes yeux : j’ai menti ! Je me mens depuis moche lurette d’ailleurs…

N’empêche, cet échange avec l’artiste a été très utile car ça m’a amenée à creuser la question : qu’est-ce que c’est la réussite pour moi ?

Et je pense que si je ne sais pas ce que ça signifie pour moi, je peux passer des années à courir après sans jamais l’atteindre.

J’ai donc décidé de faire une liste. C’était dur car il a vraiment fallu que je me libère de toutes les idées préconçues sur la réussite et que je revienne à Moi, pour savoir ce que je voulais, Moi. En faisant cette liste, j’ai réalisé plusieurs choses essentielles. Premièrement, j’ai compris que ce qui est communément admis comme faisant partie de la réussite ne résonnait pas avec ce que j’avais envie de mettre au centre de ma Vie. Je suis pour l’argent et le succès, mais pas à n’importe quel prix. Je préfère qu’ils viennent à moi quand je suis parfaitement alignée à qui je suis, plutôt que de sacrifier tout ce à quoi je tiens pour les atteindre. C’est rarement la façon dont les gens voient les choses car on nous a appris que si on voulait quelque chose, il fallait forcément sacrifier autre chose. Vous connaissez déjà mon avis sur le sacrifice, souvenez-vous, j’en parlais ici.

Deuxième chose importante que j’ai comprise, j’ai ressenti le besoin de me centrer sur une définition de la réussite avec des choses et des sensations qui dépendent de moi et non des choses extérieures. Donc, j’ai plutôt détaillé des ressentis, des états d’être, des états d’esprit. Ça m’a permis de voir que j’ai déjà énormément de signes qui disent que j’ai réussi.

Troisièmement, j’ai aussi inclus des choses matérielles, je vais pas faire semblant de vouloir vivre au fond d’une grotte en me nourrissant de Prana haha… mais j’ai compris qu’à partir du moment où mon état d’esprit est câblé sur le fait que j’ai déjà tout ce dont j’ai besoin, le reste arrive tout naturellement à moi, dans la fluidité.

Donc, la réussite est déjà là finalement. Peut-être que c’est moi qui porte les mauvaises lunettes, ce qui m’empêche d’en prendre conscience.

En seulement quelques mois, depuis mon retour de Los Angeles en janvier dernier, j’ai fait des sauts quantiques et des bonds de conscience toutes les semaines. Je trouve que je suis déjà bien haut sur l’échelle de la réussite telle que je la conçois. Après, il manque quelques trucs matériels, mais intérieurement, je suis de plus en plus proche d’être totalement alignée avec l’idée que je me fais de la réussite. Donc c’est GENIALISSIMEMENT GENIALISSIME !!!!!

Finalement, je courais après quelque chose que j’ai déjà dans ma Vie. C’est hallucinant que je ne l’ai jamais remarqué… Peut-être que c’était parfait, ça m’occupait l’esprit jusqu’à ce que je sois prête à voir la vérité en face.

Peut-être que ça m’arrangeait car l’idée que je me faisais de la réussite (avant l’épisode de cette semaine avec l’autre artiste et mon mensonge qui a suivi) était effrayante. J’avais jamais vraiment pris le temps d’y réfléchir en fait. Je me disais : je veux gagner plein d’argent et m’acheter des belles choses. Ok, mais c’est très vague tout ça, ça n’a pas vraiment de sens dit comme ça. Je pense qu’il manquait justement le sens de tout ça. Le pourquoi. Je peux avoir énormément d’argent et pourtant me sentir à côté de ma Vie et donc pas du tout dans la réussite si j’ai pas un Pourquoi qui résonne avec mes valeurs profondes.

En tout cas, maintenant que j’ai pu me pencher sur la question et redéfinir mes priorités, j’ai l’impression d’avoir encore fait un saut quantique. Mon cerveau est tellement élastique ces derniers mois, c’est fou !  Je le sens se déformer et se reformer pour intégrer les nouvelles croyances et les nouveaux circuits neuronaux plus adaptés à mon bonheur. C’est très bizarre de ressentir ça.

Je me sens beaucoup plus sereine. Beaucoup moins dans l’urgence de faire pleins de choses. Je sais de plus en plus qui je suis, où je vais, ce que je veux et pourquoi je le veux. Et je pense qu’une fois que tous ces points sont au top, c’est ça, la réussite ! La fluidité arrive ensuite sans aucun effort, l’abondance également. Quand on est alignés et dans sa puissance, tout arrive à nous avec facilité et fluidité.

Vous me demanderez sûrement pourquoi je ne parle pas d’échec, soutenant que c’est le pendant de la réussite. Je vous dirai que je ne suis pas d’accord sur ce point. L’échec est quelque chose de relatif.

Je suis d’avis de croire qu’il n’y a pas d’échec. C’est avant tout un sentiment personnel qui correspond à nos valeurs. On sait rarement tout de suite les raisons qui font que certaines choses n’arrivent pas.

Par exemple, on peut vouloir absolument être en couple avec une personne, penser que c’est la Bonne pour soi et en rester convaincu pendant des années. Un jour, on rencontre quelqu’un d’autre et on se rend compte qu’en fait avec l’autre personne, rien de ce qu’on croyait n’était réel et que ce n’était pas ça, l’Amour.

Certains diraient que c’est un échec d’avoir mis autant d’années à comprendre que l’autre personne n’était pas faite pour nous, mais je pense que c’était un apprentissage nécessaire. Le nombre d’années correspond au fait d’avoir refusé de faire confiance à la Vie et de lâcher prise dès le début…

Et c’est pareil dans tous les domaines. C’est notre résistance au changement qui nous fait souffrir. On croit souvent que ce qu’on vit est la meilleure chose au monde pour nous. Parfois, on sait au fond que c’est faux, mais on s’accroche quand même à cette idée, ça nous rassure. En attendant de lâcher cette peur, on souffre. La Vie continue de toquer gentiment à notre porte, pour qu’on lui ouvre. Et c’est souvent une tempête qui explose toutes les vitres de notre forteresse qui nous fait ouvrir les yeux et voir enfin ce qui clochait depuis le début.

Moi je dis, pourquoi ne pas ouvrir la porte dès le début et accueillir le meilleur pour nous, si ça nous évite de souffrir inutilement ?

On a peur qu’en ouvrant cette porte de notre plein gré, on se retrouve face à un monstre qui nous déchiquète la tronche. Et, si ça arrivait, on ne pourrait pas s’en plaindre car après tout, fallait pas ouvrir naïvement la porte hein… Certains diraient « Bien fait pour toi, fallait pas faire ça ! » j’adore ce genre de personnes bienveillantes qui nous soutiennent coûte que coûte…

Mais, finalement, la Vie, c’est ça : prendre des chemins inconnus, se tromper, changer de route, suivre le Flow, se tromper à nouveau et prendre d’autres chemins encore plus inconnus. Si on savait déjà tout de ce qu’on va vivre, je l’ai déjà dit et je le redis encore : on refuserait de venir s’incarner !

Le sel de la Vie, c’est qu’on a tout oublié de nos plans d’incarnation et on est là, sur ce terrain de jeu cyclopéen pour s’amuser, découvrir, sentir, goûter, aimer… VIVRE !!

Quand on est connectés à cet élan de Vie, on n’a plus le temps de se prendre la tête sur les questions existentielles, on est dans le moment présent, là où tout va toujours bien.

 

Voilà ma réflexion à ce sujet 🙂

 

Much Love to you all 💖

Christelle alias TeeNa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *