Il était une fois un elficologue

« Késako ??! », me direz-vous.

Il y a maintenant presque 1 an, j’entendais parler pour la première fois de ce néologisme inventé par l’écrivain français Pierre Dubois.

Qui dit elficologue, dit elficologie. Oui, vous avez bien compris, ces termes concernent les elfes et plus largement l’étude des folklores et mythologies elfiques du monde entier. En gros, c’est la science des elfes, quoi ! C’est dingue de créer tout un travail autour de créatures qui n’existent pas (à ce que je sache, en tout cas… Après, c’est comme les licornes hein, on sait jamais haha !)

Vous ne voyez sûrement peut-être pas encore où je veux en venir…

Quand j’ai pris connaissance de ce terme, j’ai vraiment rigolé en disant que ça n’existait pas et j’en riais encore plus. Puis, j’ai été impressionnée en voyant que ce terme existait vraiment. Mais, ce qui m’a le plus frappée, c’est l’audace dont Pierre Dubois a fait preuve en inventant son propre métier et en créant un terme pour le qualifier. C’est ce qu’on appelle faire de sa passion son métier. (Est-ce que j’ai le droit de devenir siestologue et de créer la siestologie si je suis passionnée par les siestes ?)

On est censés entrer dans des cases bien précises et des métiers clairement définis par la société (et plus ou moins reconnus socialement) : pompier, policier, caissière, avocat, médecin, instituteur et j’en passe. La liste est longue et il est attendu des citoyens qu’ils fassent leur choix dans cette liste finalement.

Mais, qui a dit qu’on était obligé de se conformer à ces « prisons professionnelles » ?

Je vois souvent sur les sites comme Linkedin ou Viadeo des profils avec des listes de métiers interminables… Comme si la personne en question n’avait pas su faire son choix et portait toutes les casquettes des métiers qui lui plaisent. Parfois, ce sont mêmes des métiers qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Certains peuvent considérer cette pluralité professionnelle comme une qualité et la preuve d’une grande polyvalence, mais je me dis d’ailleurs que ça peut prêter à confusion et on peut penser que ça prouve plutôt que cette personne ne sait pas faire des choix et qu’elle s’éparpille. Donc c’est n’est pas forcément vendeur dans tous les cas de figure.

Pourquoi ne pas tout simplifier et ajouter de la fantaisie et du piment à la Vie et créer son propre métier ou inventer le terme qui lui correspond le mieux ?

Moi qui adore inventer des mots et jeux de mots, je me suis lancé le défi de créer une profession atypique et qui me représente bien. J’avoue commencer à me sentir à l’étroit dans les définitions « illustratrice », « auteure BD », « dessinatrice de BD »… c’est tellement stéréotypé, fade et réducteur que je n’arrive plus à m’y reconnaître aujourd’hui…

Je suis en plein « rééquilibrage professionnel » vu toutes les nouvelles cordes que j’ai récemment pu ajouter à ma harpe récemment… (Pourquoi dire un arc, au fait ? Il n’a jamais plus d’une corde à ce que je sache…)

Enfin voilà ! C’était tout…

Soyons fous et réinventons la langue française 😉

Much Love to you all ❤

TeeNa

 

Exposition Anaïs Vaugelade

Décidément, je tombe toujours sur des expos géniales dans les bibliothèques !

Début mai, je découvrais, à la bibliothèque Robert-Desnos de Montreuil, le travail de la très talentueuse auteure et illustratrice Anaïs Vaugelade. Ses albums jeunesse sont très connus, mais j’avoue que je suis passée entre les mailles du filet et je ne la connaissais pas encore… (bouh !! honte sur moi !)

J’ai beaucoup aimé la mise en scène de l’exposition Dessine-moi une histoire, tout était conçu de façon à être ludique pour les enfants. Et moi, en grande enfant que je suis, je me suis aussi bien amusée. C’était « une exposition à allumer et à éteindre ». Il y avait des interrupteurs partout, qui permettaient de mettre de la lumière sur les œuvres devant lesquelles on se trouvait. Très original comme concept et ça permet de faire un focus sur ce qui se présente devant nous. Pas de risques donc d’avoir des œuvres sur lesquelles la lumière n’est pas mise… ce qui arrive souvent dans les expositions.

Ce que j’ai aussi trouvé cool dans cette expo, c’est le fait que l’artiste se mette en scène sous la forme d’une lionne, qui explique aux enfants (et aux visiteurs) sa façon de travailler et de créer des histoires.

J’aime beaucoup les sujets parfois farfelus traités par Anaïs Vaugelade, , comme dans le livre Une soupe au caillou ou principalement sur sa série Zuza, comme dans l’exposition avec l’album Comment fabriquer son grand frère, un livre d’anatomie et de bricolage. Dans cet album, Zuza joue les Frankenstein et on apprend au passage comment est constitué le corps humain de façon très claire et accessible aux enfants (même moi, j’ai compris des choses !)

Voici quelques photos :

Much Love to you all ❤

TeeNa

« Dans la peau d’un auteur jeunesse », l’expo

Je suis allée m’inscrire à la bibliothèque de Montreuil hier et je suis tombée sur une expo assez intéressante intitulée Dans la peau d’un auteur jeunesse.

Cette expo a été élaborée pour la dernière édition du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil par la Charte (des auteurs et illustrateurs jeunesse) et l’ADAGP (Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques) afin de défendre la création jeunesse en mettant l’accent sur la réalité du monde de l’édition jeunesse et du quotidien des artistes jeunesse.

J’ai d’abord été intriguée par le titre de l’expo car on ne parle quasiment jamais des auteurs jeunesse… et puis, je me suis sentie concernée car j’ai récemment sorti ma première BD, qui peut parfaitement trouver sa place au rayon BD jeunesse.

Ce que j’ai aimé dans cette expo, c’est l’humour avec lequel les artistes sont mis en scène pour parler d’une vérité que je trouve affligeante : le salaire misérable des auteurs, illustrateurs et des artistes, en général…

Déjà qu’un(e) auteur(e) ou un(e) illustrateur/trice dans le circuit « traditionnel » ne touche qu’entre 8 à 10% sur son œuvre (s’il a de la chance, bien sûr), dans le secteur jeunesse, ce n’est que 6% (allez donc savoir pourquoi, personne n’a de réponse)… Et encore, les 6%, c’est seulement s’il n’y a pas d’autres personnes à payer. Donc si par exemple il y a un(e) auteur(e), un(e) illustrateur/trice et un(e) coloriste, les 6% sont à partager entre ces trois personnes…..!!!!

Allô ???! Je trouve ça juste choquant !! Comment les artistes sont-ils censés vivre avec ces miettes ?! Quel est le projet au juste ? Où passent les 94% restants ???!!!

Ne cherchez pas plus loin, ce sont les éditeurs et les diffuseurs (Dracula ?) qui se taillent la plus grosse part du gâteau… ce qui est totalement illogique car sans les textes et les dessins, il n’y a tout simplement pas d’histoires à vendre…

Après, on peut dire que « quand même le boulot d’éditeur, ça gagne pas bien » donc c’est normal qu’ils prennent autant d’argent et idem pour le diffuseur… Pour moi, c’est du charabia et de la poudre aux yeux ! L’éditeur et le diffuseur (et je ne sais pas qui d’autre) qui prend une grosse part de pourcentage sur chaque contrat, chaque album, travaillent sur plusieurs projets en même temps. Alors que les artistes, eux, ne travaillent en général que sur un gros projet à la fois, donc, leurs 6% (ou moins si y’a partage), c’est tout ce qu’ils vont toucher sur l’année… et je ne sais même plus quand ils sont censés toucher cet argent…

Ne me demandez pas de vous expliquer comment marche le secteur de l’édition, je n’y ai jamais rien compris, trop de détours pour embrouiller l’esprit et justifier des salaires de misère pour les artistes…

Mais, voici l’explication qui est donnée pour présenter l’exposition :

« Pour chaque livre, l’auteur signe un contrat avec son éditeur, et touche un à-valoir, soit une avance sur les droits d’auteur qu’il espère engranger. Il doit ensuite le rembourser en cumulant les fameux droits d’auteur, c’est-à-dire un pourcentage sur le prix de vente hors taxe fixé par l’éditeur. Si et seulement s’il y parvient, il commence à gagner de l’argent sur la vente de ses livres.

En France, la moyenne des pourcentages est de 10%. Mais en littérature jeunesse, pour une raison obscure ne trouvant aucun fondement économique raisonnable, hormis un usage injuste, les pourcentages stagnent aux alentours de 6%. À partager généralement entre les auteurs des textes et des illustrations… Alors l’auteur jeunesse sort sa calculette : « Supposons que mon livre coûte 10€ TTC (soit 9,45€ HT). Si je touche 6%, tout livre vendu en librairie me rapporte 0,567€ »…

Et là, il pâlit : « Alors combien d’exemplaires de mes livres doivent être vendus pour que je m’offre un café à 2€ ? 4 livres ! Un paquet de couches à 15,90€ ? 28 ! Un poulet rôti à 9,90€ ? 18 ! »

Alors, comme vous me connaissez, je ne peux pas m’empêcher de donner mon avis sur cette question obscure de la rémunération des auteurs et de l’opacité des maisons d’édition…

Personnellement, j’ai vraiment beaucoup de mal à comprendre le fonctionnement de ce système qui justifie la précarisation des artistes. Ce qui me dérange le plus, c’est que personne n’a l’air d’oser contrer les maisons d’édition, qui ont le monopole du marché du livre. J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer quelques éditeurs, à mes tous débuts (donc, quand je venais de m’autoriser à dire que j’étais illustratrice), et il y a 1 an, lors d’une journée professionnelle d’un salon du livre.

Pour être honnête, à chaque fois que je me suis retrouvée face à un éditeur, je me suis toujours demandé : « mais, qu’est-ce que je fais là ?! » (sans la censure, ça donne plutôt : « mais, qu’est-ce que je fous là, à lécher les bottes de ce crétin prétentieux qui me regarde de haut comme si j’étais une enfant de maternelle qui ne connaît rien de la Vie ?! » xD) Après, c’était peut-être ma perception qui n’était pas très juste car déjà « contagiée » par mon opinion non neutre sur les éditeurs, j’avoue… mais bon, quelque chose m’a toujours dérangée, et c’était bien avant que je sache de quelle façon les artistes sont traités dans le monde de l’édition.

Donc, oui, quand je vois la réalité de ce secteur, je suis littéralement écœurée… mais, ce que je comprends encore moins, c’est le fait que les artistes (auteurs, illustrateurs, etc.) se bousculent au portillon quand on leur fait miroiter un contrat d’édition et ils n’hésitent pas à se pousser du coude pour travailler avec ces mêmes éditeurs qui vont les exploiter par la suite… On marche carrément sur la tête, là !

Pourquoi ? Pourquoi vouloir entrer dans ce système dégradant pour les artistes et leur travail, tout en sachant parfaitement qu’il rime avec exploitation et malhonnêteté ? Perso, j’appelle ça du masochisme, désolée…!

Pourquoi ne pas se serrer les coudes et boycotter les maisons d’édition pour qu’elles soient obligées de mieux rémunérer les artistes ?

Le problème que j’ai aussi constaté en évoluant dans ce milieu, c’est la faible solidarité entre les artistes. Beaucoup sont prêts à marcher sur les autres pour avoir « l’honneur » d’être enfin édité (donc, pensent-ils, d’être reconnus par les différents acteurs du milieu).

Et, ça me fait penser à ma rencontre avec un des premiers dessinateurs français qui a introduit les comics américains en France, qui s’était retrouvé devant mon stand lors d’un salon de comics. Il m’avait complimentée sur mon travail et demandé si j’étais déjà éditée et quand je lui ai dit non, il a eu l’air tellement navré pour moi et m’a répondu plein de compassion : « Vous en faites pas, ça va venir ! » J’étais perplexe car je voyais qu’il voulait me rassurer en me disant ça, sauf que la première chose qui m’est venue à l’esprit c’est : « Mec, t’en fais pas pour moi, j’en ai rien à foutre de pas être éditée par des voleurs, je vais très bien me débrouiller toute seule ! » Bon, je ne lui ai bien sûr pas répondu ça car ça partait d’une bonne intention de sa part. Mais, j’ai l’impression qu’on considère normal de passer sa vie d’artiste à attendre d’être remarqué par un éditeur et qu’on est censé se traîner à leurs pattes et se trémousser sous leur nez pour qu’ils daignent nous jeter un regard (si hautain soit-il) et qu’ils nous rendent enfin légitimes… Etre édité devient alors le Saint Graal de l’artiste et il court après cet objectif toute sa vie ! Mais, contre toute attente, quand il obtient ce Graal tant désiré, l’artiste déchante très vite. Financièrement, d’une part, et d’autre part, il réalise que c’est une quête qui n’a jamais de fin et qu’il ne suffit pas d’être édité pour avoir la reconnaissance dont il rêvait…

Je crois que le problème vient du fait qu’on nous a mis dans l’esprit qu’un « vrai » auteur/illustrateur doit être édité (par un éditeur, donc), sinon, il n’est pas reconnu comme étant un professionnel… en gros, c’est un imposteur tant qu’il n’est pas édité, une moitié d’artiste, quoi ! Et, je croyais ça, quand j’ai commencé, donc je me suis précipitée comme tout le monde (au salon de Montreuil) pour rencontrer les éditeurs… et j’ai été tellement refroidie par les contacts que j’ai eus que je me suis dit que j’allais trouver une autre solution pour être éditée ! Et, je l’ai trouvée, bien des années plus tard : l’auto-édition !!

L’autre problème (parmi de nombreux autres…), c’est que les artistes sont assez frileux quand il s’agit d’être autonome sur un projet qu’ils doivent mener de A à Z. Ce qui peut se comprendre, car il faut vraiment une persévérance et une confiance à soi à toute épreuve. Et, même si je suis passée par ce chemin, j’avoue ne pas avoir fait la fière tous les jours… Mais, mon projet était tellement plus grand que mes peurs que j’ai pu trouver la motivation et l’énergie pour le mener à bien…

Donc, pour que le système des maisons d’édition ne s’écroule pas, on fait croire aux artistes qu’il sera bien plus difficile de diffuser leur livre une fois s’ils sortent du circuit traditionnel. On fait courir le bruit qu’il faut des compétences en communication dont ils sont dépourvus et qu’ils ne pourront donc pas réussir à sortir leur épingle du jeu sans les éditeurs et leurs amis… Et, j’ai entendu ces peurs dans la bouche d’artistes que j’ai rencontrés.

Sauf que, soyons honnêtes, de nos jours, ces excuses ne sont plus valables avec l’émergence du financement participatif ! Ça règle tous les problèmes :

  • au niveau de l’argent, car ce sont les contributeurs qui fournissent les fonds en se cotisant
  • au niveau de la communication, car la campagne de financement participatif  sert de pub pour le produit final et le contact avec le public est déjà établi et l’artiste sait déjà si son produit va marcher
  • pour la diffusion, il suffit de faire des salons, il y en a un paquet tous les mois dans différentes régions de France. Le gros avantage est que vous touchez 100% de l’argent des ventes de votre produit !! Moi, je dis JACKPOT !!!
  • pour la distribution, il faut se rendre dans les librairies et leur demander si elles font du dépôt-vente ou si elles peuvent organiser une séance de dédicace pour que vous présentiez votre produit au public. Personnellement, je l’ai fait avec Cultura et une librairie à nation et ils m’ont dit oui tout de suite. Le gros intérêt, c’est que la commission dépasse rarement les 40%, donc vous toucherez 60% et plus sur votre produit, contre 6 à 8% en travaillant avec un éditeur. Je vous laisse faire le calcul vous-mêmes…

Il ne faut pas avoir peur du « non ». On s’en remet très vite et on passe à autre chose, je vous le garantis ! Pour un « non », j’ai reçu à chaque fois plus de 10 « oui ». Et j’ai pris cette habitude de toujours demander, car on ne sait jamais ce que les autres vont répondre.

Quoiqu’il en soit, il vaut mieux bien réfléchir avant de signer avec un éditeur, même si c’est le plus gros du marché…

Mais, je m’arrêterai ici car je sens que si je commence, je ne vais pas m’arrêter… Je développerai plus ces sujets (l’auto-édition et le financement participatif) dans un prochain article.

Pour l’instant, je vous laisse avec les quelques photos que j’ai pris de l’expo :

IMG_0831

IMG_0832

IMG_0830

IMG_0826

IMG_0827

IMG_0828

IMG_0829

IMG_0835

Et voici le lien pour voir ou télécharger le pdf de l’expo avec toutes les photos : http://la-charte.fr/docs/DsLaPeau_web.pdf

Much Love to you all ❤

TeeNa

Le pouvoir de la Gratitude inconditionnelle

Ça fait des mois (voire des années) qu’on vous bassine avec ça. Vous n’en pouvez plus de lire des articles, de voir des vidéos Youtube sur ce sujet. On vous dit qu’il faut en avoir et en ressentir pour être heureux et vous sentir bien : la Gratitude !

Mais, qu’est-ce donc ?

Notre fidèle ami le Larousse nous dit que la Gratitude est une « Reconnaissance pour un service, pour un bienfait reçu ; sentiment affectueux envers un bienfaiteur ».

Ce que je remarque dans cette définition, c’est qu’il faut attendre d’avoir reçu quelque chose pour être reconnaissant et ressentir de la gratitude.

La véritable gratitude, je pense que ce n’est pas ça ! Il n’est pas nécessaire d’attendre d’être heureux ni de recevoir ce qu’on veut pour l’exprimer. Certains arrivent même à en ressentir en plein milieu de la tourmente. Si si, je vous jure ! Et c’est ce qu’on appelle la Gratitude inconditionnelle.

Je pense qu’il est seulement possible de l’expérimenter à partir du moment où on lâche la croyance selon laquelle la Vie nous en veut personnellement et que son seul but est de nous faire mordre la poussière à chaque pas qu’on fait. D’une part, c’est faux et archifaux et d’autre part, ça nous enlève tout notre pouvoir sur nous-même et en plus, ça nous rend aigris…

Mais, finalement, quand on sort du rôle de victime, on peut alors commencer à éprouver un sentiment d’apaisement et tout se fluidifie. Tout devient tellement plus simple !

Vous voulez un mode d’emploi pour ressentir de la gratitude inconditionnelle ?… Ben, désolée, je n’en ai pas.

Par contre, je peux vous partager ma propre expérience sur le sujet. Comme tout le monde, il m’arrive parfois d’être contrariée par des évènements extérieurs, ou d’autres fois, par des émotions que je ressens et que je préfèrerais ignorer voire enfouir trèèès loin de ma conscience. Des hauts et des bas, j’en ai comme vous tous. Pendant très longtemps, je me positionnais en victime. A une époque, je pensais même qu’on m’avait envoûtée tellement je trouvais que j’avais la poisse…et effectivement, il ne m’arrivait que des galères car c’était la vibration que j’émettais, j’étais donc comme un énorme aimant à emmerdes (sur pattes). Et, plus j’avais la croyance que je n’avais pas de chance, moins j’avais de chance et moins j’avais de chance, plus je renforçais ma croyance d’être malchanceuse… Allô, Asile ?

Oui, je m’en arrachais les cheveux…et j’en ai gratté des pages de mon journal intime où je me lamentais sur mon triste sort… En relisant certains passages quelques années plus tard, j’ai d’ailleurs été hyper choquée de la violence avec laquelle je me parlais ! La personne qui me portait la poisse : c’était bien Moi ! Avec le temps, j’avais totalement oublié à quel point je me détestais à certaines périodes de ma vie… Comment espérer être heureuse en s’insultant de tous les noms et en pensant que je ne méritais pas de vivre ou que les autres seraient plus heureux si je n’existais pas ?

C’est impossible, on est bien d’accord…

Si vous adoptez ce genre de comportement à votre égard, ne vous étonnez donc pas d’être malheureux ou de toujours faire des choix qui vous rendent malheureux. C’est en tout cas primordial de prêter attention à votre dialogue intérieur vous concernant.

Moi, j’ai mis plusieurs années avant d’accepter de voir la dure réalité. Mais, vous n’êtes pas obligés d’attendre des décennies tout en continuant à souffrir. Encore une fois, faire preuve de compassion avec vous-mêmes peut être une clé très importante pour oser regarder en face tous vos travers, sans pour autant avoir envie de vous scarifier de la tête aux pieds… On entend souvent dire qu’il faut pardonner aux autres, mais je pense que le premier pardon devrait être celui à soi-même !

Se pardonner à soi-même ? Quelle drôle d’idée ! Et pourtant, quelle idée de génie.

Je crois que toutes les expériences ont un lien avec le fait qu’on s’aime ou pas, en premier lieu, mais le pardon à soi n’est jamais très loin. Les émotions dites négatives qu’on ressent sont d’ailleurs rarement causées pour les raisons auxquelles on pense.

Alors, quel est le rapport avec la gratitude inconditionnelle ?

Comme dirait David Laroche, elle découle du fait de réussir à voir les cadeaux mêmes dans les situations difficiles qu’on vit. La Vie nous envoie toujours des cadeaux, sauf qu’ils sont parfois très mal emballés et on les prend pour ce qu’ils ne sont pas : des malheurs, des malédictions et la liste est longue.

Souvent, au moment de recevoir ces cadeaux mal emballés, on est tellement à vif, à fleur de peau, qu’on juge ce qu’on vit avec des termes manichéens (bien ou mal, bon ou mauvais, etc.), sans prendre assez de recul pour évaluer la situation de façon neutre. C’est normal, me direz-vous, quand vous êtes sous le choc, c’est parfois difficile de faire pause pour réfléchir. On est tout de suite dans l’émotionnel et on réagit à chaud. Comment ressentir de la gratitude quand on perd son emploi, qu’on subit une séparation ou même un décès ?

Pour le décès, c’est plus délicat, mais la chose à faire pourrait être de se concentrer sur les bons moments partagés, après avoir laissé son chagrin s’exprimer, bien sûr. Mais, je ne m’étendrai pas sur le sujet car chacun vit son deuil comme il peut.

Pour les autres situations, c’est déjà moins compliqué de voir quels sont les bénéfices.

Ces fameux « cadeaux mal emballés » surviennent souvent quand on s’est engagés sur un chemin avec lequel on n’est pas aligné. On est tellement dans la peur qu’on n’ose pas se l’avouer, on se croit obligés de continuer à avancer coûte que coûte, on est déjà tellement engagés sur la mauvaise voie, autant y aller à fond et abandonner toute action pour s’en sortir. On prie au fond pour qu’un miracle nous sorte de cette prison sans qu’on n’ait à agir soi-même… ça arrive rarement ! Mais, les fois où ça arrive, on ne reconnaît même pas cette aide de l’Univers et on se plaint encore plus… L’être humain est tellement contradictoire. On est tous victimes du syndrome de Stockholm, en fait haha ! On nous ouvre la porte de notre prison, mais c’est comme si on s’y agrippait de toutes nos forces pour la refermer et rester bien au chaud dans nos vieilles habitudes. Elles nous font ch*er, mais au moins, on sait à quoi s’attendre, pas de surprises ! Pas de désillusions, pas de souffrance plus grande que celle qu’on s’inflige au quotidien… C’est rassurant, quelque part. Mais, ce qu’on ne voit pas, c’est qu’on meurt à petits feux et qu’on finit étouffés dans notre cage, comme la grenouille qui ne se rend pas compte qu’elle est en train de bouillir car la température de l’eau augmente au fur et à mesure.

C’est exactement ce qu’on se fait subir ! On est des milliards à s’infliger cette punition sans même le réaliser. Il faut parfois des maladies, des drames pour qu’on se réveille enfin et qu’on accepte enfin de changer de chemin !

Ça me rend folle de voir qu’on est à ce point ligotés par la peur qu’on s’oblige à frôler la mort en allant tellement loin dans la souffrance qu’on n’a plus le choix de changer de voie. Il suffirait pourtant de se réorienter dès qu’on sent un petit malaise, le premier malaise…

Je dis ça parce que je le fais aussi… Nos actions sont donc guidées par la nécessité de s’éloigner de la souffrance et de la mort (au niveau symbolique), au lieu d’être motivées par l’envie d’aller vers le bonheur et le bien-être.

Après, c’est vrai que je crois qu’on hérite de beaucoup de choses de nos ancêtres, donc de blocages et autres schémas répétitifs… Mais, je crois aussi qu’on a le libre arbitre et qu’on peut carrément juste décider de ne plus souffrir inutilement et de laisser à nos ancêtres ce qui leur appartient et qu’ils ne nous ont jamais demandé de porter pour eux…

Voili ! Je suis partie un peu en HS, mais bon, je suis toujours en mode freestyle de toute façon et c’est souvent là que je découvre des pépites rédactionnelles xD

Much Love to you all ❤

TeeNa

Les mouches à miel

J’étais en train de profiter du soleil sur mon balcon quand j’ai entendu une mouche se cogner frénétiquement sur la vitre pour rentrer dans mon appartement… (no comment, déjà)
Ça m’a fait réaliser quelque chose : on est tous comme des mouches !

Je m’explique…
Cette mouche est libre, elle peut aller où elle veut, aussi loin qu’elle veut… Et pourtant, elle vient se cogner la tête pour rentrer dans mon appartement, qui est un espace clos, fini, limité et restreint comparé à la vastitude du monde. Mais, elle ne le sait pas… Ce n’est qu’une fois entrée dans ce minuscule espace qu’elle se rend compte de son erreur et veut retourner à l’air libre (en se cognant la tête, en sens inverse, cette fois …)

On les juge bêtes, stupides et pire encore, mais on fait exactement la même chose que ces mouches… Pourquoi parler de mouches à miel ? Je ne sais pas, c’est ce qui m’est venu comme terme quand j’ai vu cette mouche. Pourtant, je viens de regarder la définition, et en fait, « mouche à miel », c’est le nom de l’abeille de type Apis. Donc, totalement HS haha !

Bref, en tout cas, dans mon exemple, ce serait une mouche attirée par du miel et qui se retrouverait ensuite engluée et prisonnière. Ça représente bien ce que je veux dire : On ne se rend compte de sa liberté qu’une fois qu’on l’a perdue…

Qui n’a jamais fait des pieds et des mains pour trouver un travail…travail qui lui donne envie de vomir et de se pendre au lustre au bout de quelques heures ?
Qui n’a jamais cherché obsessionnellement un partenaire…partenaire qu’on a envie d’étrangler et qui nous sort par les trous de nez, après une semaine de relation ?

Réponse : tout le monde a fait ces erreurs au moins une fois dans sa vie (ou sinon, bravissimo pour le discernement !!)
Je vous le demande : Pourquoi se faire souffrir pour obtenir des choses qui nous exècrent une fois qu’elles sont en notre possession ?
Pourquoi ne pas savourer notre liberté et faire des choses qui nous font plaisir, nous apportent de la joie et du bonheur ?
Pourquoi ne pas faire des choix plus judicieux et alignés avec notre vraie nature ?
Pourquoi faire sans cesse des choses qui nous rendent malheureux et nous font nous sentir prisonniers ?!

Moi, je dis STOP au masochisme !!!

Si vous ne vous sentez pas concernés par les propos que je tiens dans cet article, regardez attentivement votre vie actuelle et posez-vous ces quelques questions :
• Etes-vous heureux ?
• Vivez-vous la vie à laquelle vous aspiriez étant plus jeune ?
• Quel est votre état émotionnel le plus fréquent ? (Amour, Joie, paix, sérénité… Colère, tristesse, peur, doute…)
• Arrivez-vous à avoir une vision optimiste pour votre avenir ? Vous projeter dans 1 an, 5 ans, 10 ans ?
• Vous sentez-vous aligné avec votre nature profonde ?

J’ai mis des années avant de pouvoir répondre favorablement à ces questions. Il m’a fallu accepter de lâcher mes croyances et mes idées préconçues sur la Vie, les gens…et moi-même. Ce qui n’est pas toujours évident car on a nos habitudes et on ne veut pas qu’elles changent car ça nous rassure au fond, même si on en souffre souvent…
Il faut donc beaucoup d’humilité pour réussir à tout remettre en question, sans pour autant se jeter la pierre en pleine tronche. Beaucoup de compassion est aussi nécessaire pour ne pas tomber dans l’auto-flagellation et la culpabilité…

Voilà, sur ce, je m’en retourne kiffer le soleil !!

Much Love to you all ❤
TeeNa

Commencer par le meilleur !

Bien que le titre de l’article ne l’indique pas, je vais parler ici de l’adage bien connu selon lequel il faut toujours « garder le meilleur pour la fin ».

En prenant mon petit déjeuner tout à l’heure, j’ai eu envie de manger un chausson aux pommes, il y en avait deux, un très beau et l’autre un peu écrasé. Ma main s’est tout de suite dirigée vers le plus appétissant, mais d’un coup, je me suis arrêtée en me disant : « Mais non, je le mangerai plus tard, je le garde pour la fin ! » et je me dirigeais vers le moins beau quand je me suis stoppée net…

Pourquoi doit-on toujours commencer par faire ce qu’on aime le moins ?

J’ai réalisé que j’ai toujours fait ça finalement : commencer par les choses qui me font le moins plaisir pour finir sur le délice des choses que je préfère. Mais, je me rends compte aujourd’hui que c’est un peu du masochisme (bon, même si la douleur est moindre…) et que le temps de faire ces choses que j’aime moins, je reste dans l’attente de ce qui me fait vibrer.

Est-ce que le plaisir est diminué si on commence par faire ce qu’on aime le plus ? Où est la logique là-dedans ?

Certains diront que c’est justement pour se motiver, comme une espèce de carotte qui fait avancer l’âne (ici, l’âne, c’est nous !) Le problème, c’est que beaucoup s’arrêtent à cette carotte et passent toute leur vie dans l’attente d’un mieux, d’un ailleurs, tout en se refusant de créer et vivre ce qu’ils aiment vraiment. Un peu comme une punition au final. D’autres rêvent même à un futur meilleur dans l’au-delà… Mais, personnellement, je ne crois pas qu’on soit ici pour naître, souffrir et juste mourir. Après, chacun ses croyances, bien sûr, mais je trouve juste dommage de se contenter du minimum et des poussières de miettes en espérant avoir mieux un jour prochain, s’ils ont fait assez d’efforts et assez souffert…

J’en ai pour preuve une personne qui adore dessiner, mais qui se sent contrainte de garder son job alimentaire qu’elle déteste et qui m’a dit « C’est sûr, à la retraite, je ferai ce que j’aime vraiment ! » Cette personne a environ 37 ans…il lui reste donc plus d’une vingtaine d’années à « tenir » avant de s’autoriser à réaliser son rêve… C’est si peu à l’échelle d’une vie… haha !

Je me rappelle mon choc quand j’avais entendu cette excuse bidon… Et, j’ai pensé « Mais, mec, qui dit que tu seras encore vivant à la retraite ? Ta vie, c’est maintenant ! »

Son exemple est malheureusement trop répandu dans notre société…

Et, ça m’a, en tout cas, aidée à arrêter de me trouver des excuses pour mettre ma vie entre parenthèses et subir des choses que je déteste faire en attendant mieux.

Personnellement, je pense qu’en commençant, au contraire, par les choses qui nous font vraiment envie, on garde le plaisir intact et on savoure donc encore plus l’expérience. C’est pour ça que j’ai absolument voulu faire ma BD en tout premier, avant de collaborer avec je ne sais qui sur je ne sais quel projet qui n’est pas de moi. D’abord mes rêves, ensuite les collaborations !

Je le vois beaucoup dans les carrières artistiques car c’est le milieu dans lequel j’évolue, mais je vois bien qu’aucune catégorie professionnelle et personne n’est épargné par ce syndrome de « plutarité » (non, ce mot n’existe pas, mais il exprime bien le fait de remettre à plus tard)… ou de procrastination !

Pour remédier à tout ça et éviter de me forcer à vivre une vie merdique en demi-teinte le temps d’avoir le courage de vivre une vie remplie de couleurs chatoyantes, j’ai décidé de me lancer un défi : Toujours commencer par le meilleur ! Donc inverser mes habitudes, faire switcher mes circuits neuronaux en me concentrant sur ce que j’aime le plus faire et en le faisant en premier, avant tout le reste.

Et vous, y’a-t-il des choses que vous remettez sans cesse au lendemain ? Qu’est-ce que ça vous coûterait d’oser les faire ?
Et, finalement, qu’est-ce que cela vous coûte de ne pas vivre la vie dont vous rêvez ?

TeeNa ★

Quand je serai grande, je serai dessinatrice de bandes dessinées, et vous ?!

Il y a quelques mois, je vous parlais de ma campagne de financement participatif pour auto-éditer ma première BD : Rodham Willows !

Après moult péripéties, ça y est, l’album est imprimé et je l’ai reçu !!

IMG_0097

IMG_0166

Jamais je n’aurais imaginé autant galérer à finaliser ce projet. Je pensais naïvement que je dessinerai comme je l’ai toujours fait quand je faisais mes BD en amateur étant enfant… Que nenni !

J’ai été submergée de doutes, de peurs, d’angoisses toutes aussi castratrices artistiquement les unes que les autres. Je n’osais le dire à personne au début, mais j’ai passé plusieurs mois à ne pas pouvoir dessiner une seule page, pas même une mini case, tellement mes blocages étaient énormes ! C’était comme un raz-de-marée, un tsunami d’angoisses qui déferlait à toute vitesse sur moi et me paralysait, me faisait perdre tous mes moyens et toute confiance en mes  capacités.

En boucle, dans ma tête, il y avait les fameuses phrases : « Tu te prends pour qui ? » et ses meilleures amies : « T’es personne ! », « En quoi t’es plus légitime qu’un(e) autre pour faire de la BD ? », « Laisse tomber, t’y arriveras jamais ! T’as pas assez de talent ! », « C’est pas parce que tu faisais des BD quand t’étais petite que tu peux en faire en tant que professionnelle, t’y connais rien ! » et « T’es une « imposteuse » ! Tu arnaques les gens, ils vont demander à être remboursés ! »

Je vous laisse deviner dans quel état nerveux j’étais… Le pire, c’est que ces phrases tournaient en mode gros traître de sous-marin, donc je les entendais pas clairement, j’avais juste les sensations négatives et les angoisses correspondantes et qui ont suffi à m’empêcher de toucher un crayon pendant des mois.

Ce qui m’a bizarrement posé un énorme problème, c’est aussi le fait de gagner autant d’argent et aussi rapidement pour un projet qui me tenait autant à cœur ! Mon ego (Doom =p) ne l’a pas supporté et il a tout fait pour que je m’auto-sabote afin de rester fidèle et très loyale aux croyances limitantes héritées de mes ancêtres, qui ont toujours guidé ma vie jusqu’à présent…

Grâce à un atelier The Work, basé sur la méthode mise en place par Byron Katie (j’écrirai un article à ce sujet prochainement ^^), j’ai eu un déclic et j’ai pu enfin dessiner à nouveau une fois que j’ai pu entendre ce brouhaha intérieur et voir qu’il n’était rien d’autre que des mensonges destinés à m’éloigner de mon épanouissement.

J’ai repris le dessin et l’histoire avançait très bien, j’avais un bon rythme de travail, mais sur la fin, je me suis quand même auto-sabotée. J’allais être en retard et sur la fin, j’ai dû passer toutes mes journées à ne faire que de la BD. Je me levais à 6h et je me mettais direct à coloriser mes pages parfois jusqu’à 1h du matin… Je devais même refuser des sorties, tellement j’avais peur de ne pas pouvoir finir à temps… Vive l’angoisse !

Les 23HBD m’ont permis de donner un coup d’accélérateur et de finaliser les pages encrées. Mais, la colorisation m’a pris énormément de temps aussi.

Mais, je ne savais pas que les impressions allaient aussi me prendre la tête ! J’avais envoyé mes fichiers début avril et pendant 6 jours, je recevais des mails me disant « fichier non conforme » et me demandant de renvoyer des fichiers adaptés. Je me suis arraché les cheveux ! Je commençais à stresser à fond car ma date de dédicace à Cultura approchait à grands pas…

La date de livraison ne cessait d’être repoussée… J’ai même eu une date après ma dédicace à Cultura, j’étais là : « Nan, mais SERIOUSLY ??? ». J’ai dû annuler la première commande et en faire une autre plus chère pour avoir mes livres plus tôt. Heureusement, je suis tombée sur une hôtesse très aimable qui m’a vraiment aidée et rassurée, elle était très patiente… Mais, les galères continuaient d’arriver par pelletées entières… A un moment, j’étais tellement excédée par tout ça que je me suis dit que ce n’était pas normal et que je ne devais peut-être pas aller à cette dédicace, c’était trop bizarre que ça bloque autant, ça ne m’était jamais arrivé avant… J’essayais de savoir si c’était moi qui bloquais tout énergétiquement parce que tout devenait concret et que ça me faisait peur… mais non ! Je me suis donc vue tout annuler : ma dédicace à Cultura, mes impressions et tout le reste ! J’ai totalement lâché prise et à la fin, je ne voulais même plus avoir mes BD tellement ça avait été épuisant de lutter pour les avoir.

Le week-end est arrivé trop vite et je n’ai pas pu appeler pour annuler ma commande. J’ai donc rappelé le lundi à la première heure, et là j’apprends quoi : mes BD sont parties en impression, la commande ne peut plus être annulée ! WHAT ???!!!

Je voulais récupérer mon argent parce que je ne trouvais pas normal d’avoir dû payer plus cher pour avoir une commande encore repoussée donc j’ai poussé un coup de gueule (pauvre mec innocent, quand j’y pense xD) ! Mais, il ne pouvait plus rien annuler vu que la BD était en cours d’impression… La meuf qui ne sait pas ce qu’elle veut et qui râle alors que ça fait des jours qu’elle attendait ce moment en mode obsession haha !

Et, ce qui m’a énervée encore plus, c’est quand il me dit que si je veux que mes BD arrivent plus tôt, il faut rajouter 100€ pour l’envoi en express par avion… Euhhh !! Tu m’as pris pour Crésus ou bien ?! J’ai refusé tout net en disant qu’ils se foutaient de ma gu****, en gros et que j’étais pas du tout contente (genre, trop menaçante, quoi !)… Mais bon, il ne pouvait rien faire donc on a raccroché là-dessus. Mais, j’ai de la ressource, donc j’ai eu l’idée de bloquer le virement pour que mon argent me soit remboursé, même s’ils ne voulaient pas et à ce moment-là, je m’en fichais totalement de ce qui allait arriver à mes BD déjà imprimées.

Plus tard, une femme toute mielleuse m’appelle en me demandant pourquoi j’ai bloqué mon virement (wesh xD) et j’invente un mytho en disant que j’avais bloqué avant de savoir que mes BD étaient parties en impression… Là, elle me dit un truc intéressant : si je débloque l’argent, mes BD me seront envoyées dès le lendemain (le 11 avril, sachant qu’elles devaient arriver le 14, la veille de ma dédicace) sans payer les 100€ de frais d’envoi express ! Même avec cette proposition alléchante, j’étais assez hésitante…Mais, j’ai fini par accepter du bout des lèvres.

Finalement, dans ma commande, la date de livraison était le 12 avril, mais c’était toujours mieux que le 14… Le 11 avril, je donnais un cours de dessin quand un numéro inconnu m’appelle. Un homme me dit : « Vous êtes bien Madame Stone ? J’ai 5 colis pour vous »… Et mes BD sont en fait bien arrivées le 11 ! J’ai pu les récupérer le soir, après mon cours.

C’était un peu long, mais je pense que j’avais besoin de me purger de tout ça à l’écrit !

J’ai retenu un très beau message de cette expérience : quand c’est compliqué ou douloureux, c’est que c’est pas le bon chemin ! Le lâcher-prise est la clé et la fluidité est la normalité !

A partir du moment où j’ai totalement lâché prise sur mes BD, c’est là que tout s’est accéléré et elles sont même arrivées en avance, tellement c’était fluide !

Souvent, on a le réflexe de s’acharner encore plus quand c’est dur et compliqué, en se disant que si on fait encore des efforts, ça finira par payer, qu’un peu de souffrance au début va nous amener une grande satisfaction à la fin…. On est bien d’accord sur le fait que ça n’arrive jamais, non ?!

La souffrance est banalisée voire normalisée et on l’accepte à tort et à travers, alors que si on ne l’envisage pas, elle ne pointe pas le bout de son nez. Certains disent que plaisir et douleur doivent être équilibrés dans nos vies…rendant donc la douleur légitime voire incontournable.

Je ne suis clairement pas d’accord avec ces théories ! Pourquoi devrait-on forcément souffrir ? En quoi est-ce plus normal de souffrir que d’être bien ?

Personnellement, je trouve que l’exemple de l’impression de ma BD prouve clairement le contraire. Quand j’étais dans la douleur et l’obsession, tout était bloqué et quand j’ai abandonné toute attente de résultats, tout s’est fluidifié !

Je ne veux pas forcément vous convaincre. Mais, je vous invite à regarder plus attentivement votre vie, vous y trouverez sûrement une foultitude d’exemples similaires à mon expérience.

Voili ! Je voulais partager avec vous l’aventure que j’ai vécue pour mettre au monde ma première BD Rodham Willows : mon premier bébé, en fait hihi ! Maintenant, c’est réel, c’est concret, c’est palpable. Ma BD existe, ce n‘est plus simplement dans ma tête ! Les gens l’ont lu et donné leur avis.

C’est donc officiel : je suis dessinatrice de bandes dessinées ! J’ai réalisé mon rêve d’enfant !! <3

Il me faudra un peu de temps pour assimiler cette info. Mais, je sais en tout cas que le Tome 2 sera plus fluide, je connais désormais les pièges à éviter. Merci !!

Premier Tome de Rodham Willows surkiffé par…

TeeNa ★

Et si on constellait sa famille !

Si je vous dis « Constellation familiale », ça vous parle ?

Allez, une petite définition pour bien commencer 🙂

La thérapie systémique en constellation familiale a été développée par Bert Hellinger dans les années 1980.

Sa méthode est basée sur l’observation de la mise en scène d’une image de la famille que porte en soi le consultant. Selon lui, la famille, le clan, est un système qui possède une conscience collective. Tout système fonctionne avec un ordre, un équilibre, vers quoi il tend naturellement. Dans une famille, chacun tient une place particulière. Tout brouillage des places perturbe le système. Presque toujours, quelqu’un d’autre dans la famille prendra en charge ce qui n’aura pas été honoré, pas mis en ordre, et cela de façon tout à fait inconsciente.

Le but de cette méthode est de rendre hommage aux aïeux et réintégrer sa lignée. Et, je dirai même de reprendre sa vraie place car souvent on joue les rôles de nos ancêtres sans même s’en rendre compte.

J’ai, pour ma part, entendu ce terme pour la première fois il y a de ça 1 an maintenant. Comme vous le savez, je suis assez passionnée par tout ce qui touche à la famille et surtout les transmissions qui ont lieu d’une génération à l’autre. Ça me fascine littéralement de voir qu’on peut reproduire des drames (ou non) d’un parent éloigné ou d’un arrière-arrière-arrière je ne sais quoi qu’on n’a même pas connu !

Quand ce sont des ressources qui sont transmises aux générations suivantes, tout va bien et c’est parfait comme ça. Mais, on sait tous que la plupart du temps, il y a beaucoup plus de traumatismes qui se propagent comme des virus informatiques dans la lignée et contaminent tous les membres de la famille.

Les drames familiaux, les morts prématurées, suspectes ou non, les suicides, les fausses couches, les faillites, les trahisons, les secrets et les non-dits (qui, bizarrement, alors qu’on n’en a pas connaissance font beaucoup de dégâts justement parce qu’ils sont cachés), les échecs pas dépassés, etc. Il y a parfois même des meurtres et des histoires vraiment atroces, comme des incestes, qui se produisent au sein d’une famille et qui sont cachés. Mais, quand la vérité est connue de tous, il peut naître des sentiments tels que la honte ou encore la culpabilité. Et, ce sont très souvent les descendants en « bout de chaîne » qui se retrouvent à devoir porter tout ce que leurs ancêtres n’ont pas pu ou pas voulu porter eux-mêmes.

Et, en parlant de chaîne, il peut arriver qu’on se sente entravé dans nos mouvements, qu’on se sente contraint d’agir d’une certaine façon. Il m’est souvent arrivé de savoir que je me comportais « mal », mais me voir en train de continuer à agir de la sorte sans réussir à m’en empêcher…et ensuite m’en vouloir, bien sûr !

« C’est plus fort que moi », ça vous rappelle quelque chose ?

Je crois qu’on est malheureusement bien trop nombreux à être dans ce cas de figure. Mais, rassurez-vous, il y a des solutions concrètes pour stopper d’agir contre soi-même et se libérer des loyautés familiales et du carcan familial (si le besoin est ressenti de s’en libérer en tout cas).

Et, c’est justement le sujet de mon article !

J’ai toujours su que la plupart des problématiques qui m’empêchaient d’être épanouie dans ma vie venaient de ma famille et de mes ancêtres. Pendant de nombreuses années, je me positionnais en victime en maudissant ces ancêtres de m’avoir refilé leurs tares, leurs « malédictions » et je disais que c’était leur faute si j’étais malheureuse et gnagnagna… « L’Oscar de la Reine des victimes est décerné à TeeNa ! »

J’ai fini par comprendre que blâmer les autres pour ce qui bloquait dans ma vie était bien trop facile et qu’en plus, ça m’enlevait tout mon pouvoir car ça m’empêchait de trouver des solutions à mettre en place, je restais dans la plainte et rien ne bougeait. Au bout de quelques temps, j’en ai eu assez de voir que tout le monde avançait sauf moi, donc je me suis mise à chercher ce qui pourrait m’aider à couper les liens toxiques qui m’éloignaient de mon bonheur.

C’est comme ça que je suis tombée « par hasard » sur des ateliers de Constellations familiales. J’ai senti que le groupe m’aiderait à faire un bond de conscience…et j’avais raison !

J’ai choisi mon atelier au feeling sur le site internet de Christine Louveau : http://sophro-analyse.org/

J’étais vraiment en confiance quand j’y suis allée car je savais que j’étais enfin prête à lâcher mes anciens modes de fonctionnement. L’atelier s’est déroulé sur un week-end et ça a été deux jours hyper intenses où chacun des participants à l’atelier a pu avoir sa propre constellation !

Pour vous expliquer un peu comment ça se passe, je vais prendre mon exemple. Imaginons que ce soit ma constellation. Je vais choisir 3 personnes parmi les participants à l’atelier : une personne pour me représenter, une autre pour représenter ma problématique et une dernière pour ma solution. J’ai les yeux fermés et c’est moi qui place chaque personne dans la pièce, selon mon ressenti. Ensuite, je retourne m’asseoir à côté de la « maîtresse de cérémonie », donc ici, Christine Louveau, qui supervise le tout.

C’est là que ça devient magique !

Des émotions, des réactions, des sensations, des sentiments commencent à émerger chez les 3 « personnages » (comme on les appelle). Et, au fur et à mesure qu’on leur pose des questions, leur identité se dévoile et laisse place aux messages que la personne qui fait sa constellation a besoin d’entendre, ici, moi-même !

Je ne sais pas si ma façon d’expliquer est très claire… C’est un peu indescriptible comme expérience, il faut vraiment l’avoir vécu. Et, je peux vous dire que pour avoir été choisie pour incarner un rôle dans la constellation d’autres participants, ce qu’on ressent est juste surréaliste ! Personnellement, c’était surtout la colère, la violence, la froideur et la rage que je ressentais… émotions et sentiments très répandus chez les femmes de mes lignées paternelle et maternelle. Coïncidence ? Je ne crois pas, non !

En tout cas, ma constellation a vraiment eu un effet d’électrochoc sur moi !… Bon, sur le coup, j’étais plutôt déçue parce que j’étais venue avec une idée précise de ce dont je voulais libérer et vu que ce qui s’est montré dans ma constellation n’avait rien à voir, mon mental (que j’appelle Doom haha !) était en boucle sur ce fait inintéressant et me répétait « Nan, mais allô ! C’est pas du tout ce qu’on est venues libérer ! C’est quoi ce binz ?! gnagnagna »

Très futé, le Doom, parce que je n’ai rien pu entendre de ce qui s’est dit dans ma constellation, ce qui fait que j’étais hyper déçue de ne pas avoir eu les réponses auxquelles je m’attendais. Mais, heureusement, j’ai été beaucoup plus futée que lui et j’avais tout enregistré sur mon téléphone. J’ai donc pu tout réécouter au calme chez moi. Et j’avais envie de crier « Merci, la Vie !!! <3» car les messages de ma constellation étaient EXACTEMENT ce que j’avais besoin d’entendre pour reprendre ma vie en main ! Et, il y a vraiment eu un avant et un après ce week-end de constellation familiale ! J’ai pu retrouver l’énergie qu’il me manquait pour faire avancer et concrétiser des projets que j’avais entamés depuis des années et me bouger pour passer à l’action au lieu d’attendre que peut-être par le plus grand des hasards, on m’apporte sur un plateau d’argent exactement tout ce que je veux sans que j’ai besoin de faire même un mini pas en direction de mes rêves…

Il suffit très souvent de donner juste une impulsion et le reste se fait tout seul, mais le premier pas est primordial, sinon comment la Vie peut savoir ce qu’on veut si on reste assis sur son canapé à regarder Les Anges saison 39 ?!

Quoiqu’il en soit, à l’avenir, je serai vraiment plus vigilante avec Doom parce qu’en réécoutant ma constellation, j’ai constaté que je n’avais rien pu entendre de ce qui s’est dit vu qu’il était en mode brouhaha. Ça m’a fait un peu flipper qu’il ait autant d’emprise sur moi. Je me suis demandé combien de fois il m’a fait le coup dans ma vie ! Combien de fois il a réussi à me polluer l’esprit avec ses remarques et ses monologues négatifs en m’empêchant d’entendre ma petite voix (qui, elle, est une voix d’Amour pur) ??

Je ne suis plus adepte de la manie d’insulter mon mental ni de le considérer comme mon ennemi car je sais qu’il a simplement été programmé pour remplir sa mission : assurer ma survie. Mais bon, c’est sûr que c’est comme si un parent insultait son enfant ou lui mettait des coups tout ça parce qu’il s’inquiète pour lui et préfère le faire souffrir, du moment qu’il est en vie… On a juste envie de dire : « Serioulsy ??? »

Enfin voilà, je ne vois plus quoi ajouter à cet article ! Je ne pourrai que vous conseiller de tester un atelier de constellation familiale si vous vous sentez bloqué dans votre vie, vous pourriez être vraiment très surpris des réponses que vous obtiendrez ! Après, c’est un choix qui doit être personnel car la personne doit être prête à entendre ce qui va être révélé !

Je vous laisse avec une petite vidéo qui explique rapidement ce qu’est une constellation familiale :

Atelier de constellation familiale méga surkiffé par…

TeeNa ★

Pour aller plus loin :

http://sophro-analyse.org/

L’argent est mon ami !

Ah, l’argent ! Lui aussi en a fait couler de l’encre depuis plusieurs siècles. Tout le monde y va de son avis sur lui…

TeeNa Stone_Money Money

Je remarque que la plupart du temps, c’est un avis négatif. J’ai encore lu il y a quelques jours « l’argent est la racine de tous les maux »… Comment s’étonner de ne pas réussir à le garder / de tout faire (inconsciemment ou non) pour s’en débarrasser avec de telles croyances ?

Laissez-moi vous exposer mon point de vue sur la question.

Après, comme d’habitude, chacun est libre de penser ce qu’il veut et même de ne pas être d’accord avec moi. On est dans un pays libre, j’ai envie de dire !

Dans nos sociétés, nombreux sont ceux qui ont ce qu’on appelle des « problèmes d’argent », des « difficultés financières ». Nombreux sont également ceux qui sont à découvert chaque mois, « ric rac », qui doivent « se serrer la ceinture » pour pouvoir « joindre les deux bouts »… Autant d’expressions de manque concernant l’argent et qui sont usées jusqu’à la corde tellement elles sont souvent utilisées.

Finalement, en parlant d’argent, on évoque quasiment toujours le manque ou des sentiments très négatifs, en tout cas. L’abondance et la prospérité, rares sont ceux qui les connaissent et les expérimentent. Et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas une question de chance (on avait compris que je ne crois ni à la chance ni au fait que certaines personnes seraient privilégiées alors que d’autres seraient condamnées à crever la gueule ouverte car la Vie leur en veut personnellement… Balivernes !)

Vous me direz que depuis la « crise », les temps sont plus durs, que la vie est plus chère, que les prix ont augmenté alors que les salaires ont stagné et/ou baissé et j’en passe… Mais bon, tout le monde ne vit pas cette même réalité, ce qui m’amène à la remettre en question. Cependant, loin de moi l’idée de nier ce que certains vivent comme difficultés, elles sont bien réelles pour eux… Mais, je ne peux m’empêcher de me dire qu’il y a forcément un autre point de vue à adopter, peut-être plus judicieux…

Si, de base, l’argent était considéré à sa juste valeur, comme une énergie neutre, je pense qu’il n’y aurait plus de problème !

Les gens désirent l’argent, mais au fond d’eux, ils sont persuadés que s’ils en ont, ça va pourrir leur vie (voire leur âme) et leurs relations avec les autres, et même qu’ils peuvent se transformer en monstre sanguinaire avec des euros ou des dollars à la place des yeux… On nous rabâche depuis toujours que l’argent est mauvais, qu’il change les gens mais notre société nous fait courir après lui, quitte à faire des choses qui nous exècrent pour en obtenir un peu plus… De quoi devenir schizo ! On a l’impression qu’il faut toujours en faire des tonnes, tout ça pour obtenir juste un centime de plus, on se crève la santé pour avoir encore plus de dépenses et moins d’économies et finalement, on ne vit même pas, vu qu’on passe sa vie à travailler plus pour gagner plus…de problèmes…

Je suis persuadée que les vraies raisons qui font qu’on a de l’argent ou non, ce sont nos croyances profondes. Si c’est normal pour nous d’avoir de l’argent, d’en gagner facilement car on a grandi dans un environnement où c’était la norme, il y a fort à parier qu’on vive dans l’abondance financière sans ressentir aucune culpabilité.

Si par contre, on a été élevé dans une famille, un environnement où l’argent était critiqué, rejeté, considéré comme sale ou pire et qu’on a vu notre entourage galérer, se déchirer à propos de l’argent, ou même s’entretuer à cause de lui, qu’on a connu des gens qui ont fait des faillites, des dépressions… Si on a entendu des phrases comme « l’argent ne pousse pas sur les arbres » (ce qui est faux car le papier utilisé pour fabriquer les billets provient bien des arbres haha)… Si les mots « dette », « dépense », « factures » et autres termes du genre ont toujours été associés à l’argent dans votre vocabulaire, je vous laisse deviner à quoi ressemblent vos finances…

Une des causes majeures à ces problèmes d’argent, c’est aussi le fait qu’on a tout appris de l’argent de personnes qui n’en savaient pas plus que nous et qui galéraient avec l’argent. C’est comme si on se faisait coacher pour courir un marathon par un poissonnier ou que notre boulanger nous donnait des conseils en mécanique… Ceci dit, ce n’est pas impossible que ces deux personnes s’y connaissent très bien, après tout ! Le mieux c’est quand même d’être guider par des experts des domaines dans lesquels on veut… Mais bon, quand on est enfant, on n’a bizarrement pas le réflexe de dire à nos parents : « Ecoute, Papa / Maman, vu l’état de tes finances, je te prierais d’éviter de me donner des conseils, merci bien ! » Et c’est bien dommage, car ça réglerait le problème illico ! C’est d’ailleurs aussi le cas pour les autres domaines de la Vie, comme l’Amour par exemple, on se fait souvent conseiller par des personnes qui galèrent ou sont malheureuses et qui se sentent légitimes pour nous donner des leçons de Vie car elles ont vécu des choses « contrairement à nous ». Et leur avis et leurs expériences désastreuses deviennent des références en la matière…

Ce qu’il faudrait réussir à faire, c’est s’immuniser dès l’enfance contre les pensées toutes faites et les croyances limitantes des autres… et surtout celles de nos parents car en tant qu’enfant très loyal, on a vite fait de se les approprier et de revivre les mêmes expériences négatives que nos chers géniteurs !

Pourquoi ne pas se refaire une virginité financière ? Haha

Dit comme ça, j’avoue que c’est bizarre et ça a l’air hyper tordu, mais c’est peut-être la solution pour commencer à changer de point de vue sur l’argent.

Je pense que c’est aussi important de changer de langage par rapport à l’argent afin de modifier son opinion sur lui et de l’attirer plutôt que de le repousser sans cesse (plus ou moins inconsciemment)… Ce qui n’est pas forcément évident quand on a été abreuvés de pensées et croyances négatives à son sujet et qu’en plus notre entourage continue de nous gaver à propos de leurs difficultés financières…

Et pourquoi ne pas voir tout ça comme un jeu, après tout ?

Il y a quelques années, j’avais adoré aller dans un magasin chic et essayer les vêtements les plus chers ! J’avais même essayé un manteau à 1569€ (je me souviens encore du prix tellement j’étais choquée !!)

Ce qui est marrant, c’est l’effet que ça a provoqué sur moi ! Je me voyais dans les rayons à chercher la perle rare la plus chère et dire quand je tombais sur un vêtement qui valait 500€ « Ah non ! 500€, c’est pas assez cher ! Je veux minimum 1000€ ! » Vous pouvez trouver ça déplacé ou carrément outrageux, mais ce qui se passe dans votre cerveau à ce moment-là est juste un délice et totalement à l’inverse de tout ce que vous avez pu vivre jusqu’à présent ! On se sent riche rien qu’avec cette petite pensée car on se focalise sur le meilleur et on pense pouvoir se l’offrir, c’est littéralement MAGIQUE !! Et en plus, il n’y a aucun enjeu car on ne fait qu’essayer les vêtements et ensuite, on les repose en rayon et on repart tranquillement sans avoir dépensé un sou, mais avec le sentiment d’avoir gagné plein d’argent !

S’il y a quelque chose que je peux vous conseiller, c’est bien cet exercice, c’est hyper fun de s’imaginer riche et ça crée des miracles 😀

D’ailleurs, pourquoi ne pas voir l’argent comme un ami, un partenaire de vie bienveillant qui nous aide à réaliser nos projets ? Avoir ce genre de pensée peut aussi agir pour attirer l’argent.

A vous de tester maintenant !

TeeNa ★

Un petit mensonge de rien du tout…

En ce moment, je regarde Pretty Little Liars et hier je suis allée voir Alibi.com (film hilarant, au passage xD)

En voyant les personnages évoluer et s’enfoncer dans les problèmes à force de cacher des choses et de ne pas être tout simplement honnêtes, j’en suis venue à poser ces questions :

Doit-on toujours dire la vérité ? Comment différence-t-on une situation où mentir est la meilleure solution ?

Je pense que rares sont les personnes qui ne mentent jamais… Est-ce que ça existe une personne qui n’a jamais menti de sa vie ??

Des fois, sans s’en rendre compte on ment sur des petites choses de rien du tout. Ce n’est même pas intentionnel, c’est comme un réflexe. La peur du jugement joue beaucoup dans les mensonges quotidiens. Certaines personnes mentent pour esquiver les conflits…

Je l’ai fait pendant des années. Mais le problème c’est que je gardais énormément de rancoeur tapie dans l’ombre. Et à force de retenir et de ne pas exprimer ma colère sur le moment, il arrivait souvent que des années après les faits qui m’avaient blessée, j’explose et déversé un flot de reproches et de haine sur la personne qui m’avait, le semblait-il, offensée… Je ne conseille cette méthode à personne car finalement la colère enfouie devient un poison qui nous ronge de l’intérieur sans qu’on ne s’en rende compte… Le mieux c’est, dans la mesure du possible, vider son sac sur le moment car quand l’évènement est frais, le sac est bien plus léger.

Ce que j’ai aussi remarqué c’est que bon nombre de conflits débutent sur un malentendu, une incompréhension. En étant plus à l’écoute de ce qui se disait vraiment, j’ai pu désamorcer des disputes qui promettaient d’être saignantes… Parfois, on n’entend pas ce que dit l’autre, on voit le monde à travers nos propres lunettes teintées (de rose ou de gris) et nos propres filtres fabriqués d’après nos croyances, héritées de notre famille, nos éducateurs, notre société, etc.

Ces filtres et ces lunettes nous font créer et vivre des expériences particulières adaptées à nos croyances. Par exemple, si vous pensez que le chocolat fait grossir, il y a très peu de chances pour que vous maigrissiez ou ne preniez pas de poids en en mangeant, cela en plus ajouté à la culpabilité d’en manger… La culpabilité en fait même vomir certains…

Si vous croyez ne pas mériter l’Amour, il y a fort à parier que vous vous attirerez des personnes qui vont vous faire valider cette croyance.

Vous attirerez des partenaires qui vont vous maltraiter mentalement, physiquement.

Vous vous attacherez à des gens indifférents qui vous feront valider la croyance que vous n’êtes pas dignes d’amour.

Vous chercherez l’Amour là où il n’est pas pour être sûr de ne pas le trouver et ainsi valider la croyance que vous ne le méritez pas, la preuve : vous êtes encore seul et personne ne semble vouloir vous aimer.

Ou encore, si par « malchance », vous rencontrez quelqu’un qui vous aime pour ce que vous êtes et vous accepte, même avec vos pires défauts et névroses, vous vous arrangez inconsciemment pour tout saboter…

Tout est bon pour que le mensonge qu’on s’est raconté à soi-même reste vrai.

André Charbonnier a développé tout une technique sur la libération des peurs. Pour lui, tous les problèmes qu’on rencontre dans notre vie partent d’un mensonge et cela engendre ensuite des peurs et nos peurs créent notre réalité si nous leur en donnons le pouvoir !

Je parlerai plus en détails de la méthode Festen créée par André Charbonnier dans un prochain article.

Finalement, c’est comme si on passait notre vie à empiler des mensonges les uns sur les autres.

Au début, ce sont des petits mensonges, puis à force, le petit tas devient une montagne, on est pris dans l’engrenage et on se noie sous des milliers de faux-semblants et on a peur que la montagne s’écroule sur nous et nous étouffe si on ose dire la vérité… Sauf que la vérité finit toujours par éclater alors pourquoi essayer vainement de repousser ce moment ? Sachant que plus on repousse les choses, plus c’est dur de les faire et plus les situât deviennent compliquées à démêler…

Pour ma part, après des années à faire semblant d’être une autre car j’avais peur qu’on ne m’aime pas si je me montrais telle que j’étais, j’ai pris la résolution d’être beaucoup plus authentique, le plus authentique possible. Peu importe si les autres ne m’aiment pas parce que j’aurais été honnête, mis des limites ou que sais-je encore. Mon but d’être encore et toujours plus moi-même passé avant tout ! Car les autres ne sont pas avec moi quand j’ai du mal à me regarder dans la glace ou que je me sens sale parce que je ne me suis pas respectée et que j’ai accepté un comportement qui me donne envie la nausée… La seule personne qui est H24 avec moi (même aux toilettes haha), c’est moi-même, donc c’est à mon bien-être que je dois penser en premier et Non, ce n’est pas égoïste !

Ce qui est égoïste, c’est d’attendre des autres qu’ils remplissent pour nous nos vides intérieurs en les étouffant de supplications et de chantage affectif… Comme dit Oprah Winfrey, il faut d’abord se remplir pour pouvoir donner aux autres. Car si la cruche est vide, elle ne donne pas d’eau, c’est logique. Mais, bizarrement quand il s’agit d’êtres humains, on trouve logique de donner ce qu’on n’a même pas… Comment donner de l’Amour aux autres si on n’en a pas pour nous-mêmes et qu’on ressent que de la haine pour nous-mêmes ? Si on est verrouillé à toute forme de gentillesse, d’attention, de tendresse, je vois mal comment on pourrait en témoigner aux autres…

Bien souvent, on se retrouve à reprocher aux autres de ne pas nous donner l’Amour qu’on dit mériter (même si au fond, on pense totalement l’inverse…), alors qu’on se montre radins en Amour envers nous-mêmes… Je pense que les autres sont comme des miroirs et qu’ils nous aident à voir ce qui bloque chez nous. Comme  l’expression sur la paille qu’on voit dans l’œil du voisin et la poutre qu’on ne voit pas dans notre propre œil.

On n’a jamais assez de recul sur soi-même pour comprendre l’origine de nos agissements et l’autre nous sert alors de révélateur, de loupe pour voir plus clairement… Encore faut-il être assez ouvert d’esprit pour voir ce qui nous est montré, humble pour apprendre la leçon, comprendre où ça bug et compatissant pour réajuster son comportement sans se flageller…

Ça peut devenir un jeu ! Il y a toujours des leçons et des messages derrière quelque chose qui est douloureux, mais le problème, c’est que plus on reste sourd aux appels, plus on a de chances de se provoquer une situation violente où on sera obligés de voir vraiment et d’abandonner nos lunettes pourries. Beaucoup de maladies et de drames sont déclenchés de cette façon… Mais pourquoi en arriver là ? Pourquoi ne pas juste accepter de voir et de s’écouter ? Steve Jobs le disait : notre cœur et notre intuition savent parfaitement ce qui est bon pour nous. Mais nous choisissons souvent de les ignorer jusqu’à être acculés… En même temps, si on croit que le Vie n’est que souffrance et douleur, ce n’est pas étonnant d’ignorer les signaux… D’où l’intérêt d’apprendre à s’écouter.

Bon, je me suis éloignée du sujet original, à savoir le mensonge haha ! Mais, je pense que tout est lié.

Voilà, après ce pavé indigeste, je vous laisse et pars vaquer à mes occupations !

TeeNa ★